La tension monte à la veille de la marche du RCD

14620083fd1aemeutesantiviecherelemercredi5janvier.jpg

A la veille de la marche de samedi, la tension est montée d’un cran jeudi soir entre le RCD et les autorités. Dans un communiqué lu au journal de 20 heures de  l’ENTV, la wilaya d’Alger a rappelé que la marche était interdite. L’appel à la manifestation de samedi est fait « sans autorisation des services administratifs compétents », selon le communiqué.

Dans ce contexte, « Il est demandé aux citoyens de faire preuve de sagesse et de vigilance, et de ne pas répondre à d’éventuelles provocations destinées à porter atteinte à leur tranquillité, leur quiétude et à leur sérénité », indique le communiqué. La wilaya y rappelle que « les marches à Alger ne sont pas autorisées », précisant que « tout rassemblement sur la voie publique est considéré comme une atteinte à l’ordre public ».

La réaction du RCD ne s’est pas fait attendre. Dans un communiqué, diffusé jeudi dans la soirée, le parti a indiqué que la marche était bien maintenue malgré les mises en garde des autorités. « La demande d’autorisation déposée dans les temps et selon les règles ayant été refusée sans la moindre explication alors que des manifestations initiées par les clientèles du pouvoir ont été autorisées, nous décidons de refuser le régime des deux collèges, de sinistre mémoire dans notre pays, et de maintenir la marche populaire du 22 janvier », a indiqué le RCD.

Dans le même communiqué, il a rappelé les objectifs de la marche : « exiger la libération des détenus arrêtés lors des dernières manifestations, la levée de l’Etat d’urgence, la restauration des libertés individuelles et collectives garanties par la constitution et, enfin, la dissolution de toutes les instances « élues », autant de revendications partagées par l’écrasante majorité de notre peuple ».

Source : TSA

Laisser un commentaire