• Accueil
  • > Politique
  • > Algérie : Les autorités disent « NON » à la marche avec la manière forte .

Algérie : Les autorités disent « NON » à la marche avec la manière forte .

Image de prévisualisation YouTube Plusieurs personnes ont été blessées, dont un député et un dirigeant régional de l’opposition, et d’autres arrêtées dans des heurts avec la police samedi à Alger lors d’une tentative de manifestation pour la démocratie interdite par les autorités.


Saïd Sadi, président du Rassemblement pour la Culture et la Démocratie (RCD) qui avait appelé à la manifestation, a indiqué par téléphone à DNA que les responsables sont  « encerclés au siège du parti. Ils veulent étouffer cette marche. La police nous empêche de rejoindre la foule. Tous les accès à la capitale ont été fermés. La police a procédé à plusieurs arrestations dans la nuit du vendredi ainsi que dans la matinée du samedi. Des bus ont été bloqués à l’entrée de la ville. Il y a plus de 3000 policiers qui ont été déployés uniquement à la place du 1er mai. C’est une véritable bataille d’Alger. »Certains manifestants brandissant des drapeaux algériens mais aussi parfois les couleurs de la Tunisie criaient « Algérie démocratique » ou « le pouvoir, y’en a marre », a constaté l’AFP. Peu après, un journaliste de l’AFP a également vu le chef régional du RCD à Bejaia (260 km à l’est d’Alger), Reda Boudraa, la tête couverte de sang après avoir reçu un coup de bâton. Il a été évacué dans une ambulance avec un autre manifestant blessé.Le député et porte-parole du RCD Mohsen Belabbes a fait état à la mi-journée de six blessés. L’AFP a été témoin de plusieurs arrestations musclées, surtout des jeunes. L’un d’eux a été traîné par cinq hommes en civil dans la rue vers l’entrée d’un immeuble où il lui ont passé les menottes. Arezki Aïter, le député RCD de Tizi Ouzou, principale ville de Kabylie, a été interpellé puis relâché une heure plus tard, selon son parti.Dès le début de la matinée, quelque 300 personnes s’étaient retrouvées bloquées par des centaines de membres des forces de l’ordre casqués et équipés de matraques, boucliers et gaz lacrymogène, devant le siège du RCD sur l’avenue historique de Didouche Mourad, (ex- rue Michelet) les Champs Elysées algériens. Les manifestants devaient en partir pour la place de la Concorde, dans le centre, et marcher vers 10H00 GMT en direction de l’Assemblée nationale populaire, le Parlement.« Je suis prisonnier dans le siège du parti, a déclaré Saïd Sadi par haut-parleur depuis le premier étage de l’immeuble. Je ne peux pas partir d’ici », a-t-il affirmé aux manifestants et dizaines de journalistes présents, rapporte l’AFP.  « On ne peut pas mener de lutte pacifique quand ont est assiégé », a-t-il clamé.

Sadi a confirmé à DNA, en début d’après-midi, que la direction du parti y est maintenue en quarantaine.

Dans la rue, ses partisans brandissant des drapeaux algériens et d’au moins deux autres de la Tunisie voisine où la population a renversé il y a une semaine 23 ans de dictature, criaient: «  »Etat assassin », « Jazaïr Hourra, Jazaïr Democratiya » (« Algérie libre, Algérie démocratique »). Entre les chants patriotiques, on pouvait aussi entendre en français « le pouvoir, y’en a marre » et lire une pancarte appelant à « la dissolution des instances élues » ».

Dès vendredi soir, les autorités avaient pris des dispositions pour quadriller la capitale après que le RCD eut confirmé son intention de manifester malgré l’interdiction décrétée par la wilaya (préfecture) d’Alger. En milieu de nuit, des dizaines de véhicules blindés étaient déjà en position dans le vieux centre historique. Selon des responsables du RCD, quelque 15 000 policiers ont été acheminés vers la capitale ces derniers jours.

Des barrages ont aussi été érigés à l’entrée est de la ville alors que des bus ont été refoulés au niveau de Thénia, à 100 kms à l’est d’Alger.

Sur la place de la Concorde, dans le centre, des dizaines de véhicules blindés étaient stationnés et des centaines de membres de la protection civile et de la police étaient postés dans la matinée. Devant le palais présidentiel, sur les hauteurs d’Alger, une douzaine de véhicules blindés armés de canons à eau veillaient également. Des hélicoptères de la police survolent constamment le ciel de la capitale.

L’Algérie a vécu au  début de janvier cinq jours d’émeutes contre la vie chère qui ont fait cinq morts et plus de 800 blessés. Le mouvement s’est arrêté après l’annonce par le gouvernement de mesures baissant les prix des produits de première nécessité.

Laisser un commentaire